Éliminer la taxe Labeaume

Québec21 s’engage à éliminer la taxe Labeaume, estimée à 100M$, durant les quatre années de son premier mandat.

Définition de la taxe Labeaume : Taxe excédentaire profitant de l’augmentation de la valeur des bâtiments plus rapide que les besoins de la ville.

On dit qu’un mensonge répété assez souvent deviendra un jour une vérité, et c’est précisément ce que le maire sortant tente de faire avec son bilan fiscal des dix dernières années. Le budget de fonctionnement de la ville de Québec était de 960M$ en 2006[i] et atteint aujourd’hui 1,419G$[ii], une hausse de 47,8% en 11 ans. Ce montant exclut le budget de fonctionnement du Réseau de Transport de la Capitale (RTC), qui s’élève à 213.3M$ en 2017[iii]. Pourtant, le maire sortant jure qu’il n’a pas augmenté les taxes au-delà de l’inflation lors de son règne à la tête de la ville!

Certains diront que l’augmentation de la population cause cette hausse sévère. Or, en 2006 la ville de Québec comptait 491,142 citoyens[iv] alors qu’en 2016, on en comptait 531,902[v], une modeste augmentation de 8.3% sur 10 ans. Il faut chercher ailleurs pour comprendre l’escalade aussi rapide des revenus en taxation de la ville.

Une partie de cette hausse est la résultante de l’inflation, qui se chiffre à quelque 17,2% sur la même période.[vi] Cependant, l’inflation ne justifie qu’environ le tiers de la hausse fiscale, la balance s’expliquant par l’augmentation de la valeur du parc immobilier de Québec et de son rôle d’évaluation. En effet, l’addition de tous les bâtiments taxables atteignait 39,5G$ en 2008[vii], alors qu’elle se chiffre aujourd’hui à 74G$[viii].

Par conséquent, le budget de la ville de Québec a connu une escalade fulgurante, sans pour autant se traduire par une amélioration marquée de la qualité des services de proximité. Plusieurs artères sont tristement entretenues, le déneigement est une catastrophe chaque hiver et la collecte des ordures fait souvent défaut. À l’inverse, le maire sortant voyage à tout vent et investit cavalièrement dans des projets sans aucune pertinence pour les citoyens de la ville.

Au final, en dollars constants il en coûte environ 294M$ de plus aujourd’hui qu’en 2006 pour des services équivalents ou moindres. Une partie de cette dépense additionnelle est explicable par la servitude de nouveaux quartiers ou la construction d’infrastructures, mais nous estimons qu’environ le tiers de cette somme est injustifiable. Peu importe l’évaluation municipale d’une résidence, il en coûte le même montant pour déneiger sa rue ou collecter ses ordures!

Québec21 s’engage à éliminer la taxe Labeaume, estimée à 100M$, durant les quatre années de son premier mandat.

Ainsi, le budget de la ville de Québec, pour l’année 2021, devrait se chiffrer à 1,506G$ considérant une inflation cible de 1,5% par année. Sous une administration Gosselin, le budget de l’année 2021 serait plutôt de 1,406G$. Il n’est pas écarté d’atteindre cet objectif à une date plus rapprochée.

Cette réduction des dépenses se traduirait par un gel de taxe du même montant pour les citoyens de la ville de Québec. Celle-ci serait le produit de plusieurs opérations de rationalisation des dépenses, notamment la réduction du salaire de la haute direction de la ville, de l’assainissement du ratio d’encadrement de l’administration publique et, surtout, la fin des dépenses farfelues émanant de la mairie. L’objectif final est de remettre l’argent dans les poches des payeurs de taxes, qui savent mieux que quiconque comment l’investir.

Une administration Gosselin ne gaspillerait pas 1,57M$ dans un coffre-fort virtuel dont personne ne veut. Elle ne jouerait pas non plus le rôle de banque d’investissement pour les entreprises de la ville. Québec21 et son chef Jean-François Gosselin traiteraient l’argent public comme une ressource rare qui mérite respect et rigueur, c’est garanti. Éliminer la taxe Labeaume serait un pas important en ce sens et c’est un engagement qui nous tient à cœur.

[i] Affaires municipales et Régions, 2006, Rapport financier 2006 – Ville de Québec.

[ii] Ville de Québec – Service des finances, 2016, Budget 2017 – Fonctionnement et investissement.

[iii] Réseau de Transport de la Capitale, 2016, Budget 2017 – Fonctionnement et investissement.

[iv] Statistique Canada, 2017, Profil de recensement – Québec (Ville) – 2006. [En ligne]

[v] Statistique Canada, 2017, Profil de recensement – Québec (Ville) – 2016. [En ligne]

[vi] Chambre de commerce du Montréal métropolitain, 2017, Taux annuel d’inflation – Québec. [En ligne]

[vii] Affaires municipales et Occupation du territoire, 2017, Tableaux par municipalité 2008. [En ligne]

[viii] Idem.

taxe-labeaume.jpg